25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 12:01

 

 

 

 

HDA bourrage crane

 

 

ANALYSE : LE BOURRAGE DE CRANE

 

  1. Présentation de l’œuvre

 

  • nature : une carte postale représentant une photo (et un montage)

  • titre : le bourrage de crâne

  • commanditaire : indirectement la IIIème République (1870-1940), président Raymond Poincaré et le gouvernement français (chef du gouvernement : George Clémenceau)

  • auteur : studio photo Suzy

  • destinataire : la population française pour ses correspondances

  • lieu de conservation : Paris, musée de l’Armée

  • date et contexte : 1917 donc en pleine guerre des tranchées qui s’enlise ;

les Etats de l’Entente ont tenté de trouver une issue avec de grandes batailles comme celles de Verdun (février à décembre 1916),Chemin des Dames (avril 1917), très meurtrières et peu efficaces. La lassitude de la guerre provoque une grave crise morale. C’est l’année des désertions et des mutineries au front, et des grèves à l’arrière. C’est la fin de l’Union sacrée. Cette année est aussi un tournant de la guerre car, en avril 1917, les Etats-Unis entrent en guerre.

 

  1. Description

 

  • au premier plan, une mère, vêtue de façon bourgeoise, tenant la photo du père parti au front et son petit garçon en tenue militaire

  • à fond à droite, le père en tenue de militaire lit le journal « le poilu »

  • le décor : au premier plan un intérieur bourgeois ;au fond à droite, un paysage rural

  • un message patriotique est écrit en haut à gauche : « la mine fière, pour m’aguerrir, à la frontière je veux partir ! »

 

  1. Sens de l’œuvre

 

  • c’est une œuvre de propagande (rappel déf :diffusion de diverses informations destinées à inculquer à la population une doctrine, une idée, une théorie politique) car on veut montrer que la patrie tout entière soutient le front et plus particulièrement les familles restées à l’arrière. C’est une photo sur une carte postale donc destinée à une correspondance. Le courrier était fondamental dans le soutien moral des troupes et des poilus au front,surtout en cette année 1917, qui est l’année-tournant de la guerre. Le soldat n’est pas seul, la France toute entière est derrière lui.

Du reste, le poilu semble tranquille (lit le journal) et cette image est bien éloignée des combats tragiques dans les tranchées et des percées meurtrières.

De même, le message écrit fait allusion aux combats près de la frontière nord-est et aussi rappelle que la guerre poursuit de nobles buts :la défense de la patrie et de ses citoyens ainsi que la récupération de l’Alsace-Lorraine.

 

 

 

 

  • cette carte postale est aussi une propagande pour l’image d’une famille traditionnelle qui constitue la base de la nation : les rôles y sont clairement définis. La femme est cantonnée à sa place de mère avant tout et le fils rêve de rejoindre son père au front. Le travail des femmes (munitionnettes, conductrices des transports, chef d’exploitation rurale …)en remplacement de celui des hommes partis au front n’est pas évoqué ni son importance économique pour l’issue du conflit.

 

Conclusion : en 1917,la propagande s’intensifie et l’on parle de bourrage de crâne car les gouvernements (français mais aussi allemand)réalisent qu’il faut conjuguer les facteurs moraux aux facteurs technologiques si ils veulent obtenir la victoire.

 

Publié par Mme Barbaud - dans Histoire des arts
commenter cet article

commentaires

marin grisard 05/11/2014 17:19

comment cette carte postale peut elle s'intituler "le bourrage de crane" alors qu'elle vise justement à "bourrer le crâne" de la population francaise ? est ce vraiment le titre ? ou est il inconnu
du peuple ?