9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:46

 

Description du métier :

Le chauffeur de taxi doit conduire les passagers d'un endroit à un autre dans les meilleures conditions possibles. Pour travailler de façon rentable, il doit établir une stratégie : se poster au bon endroit (gare, aéroport, boîte de nuit, musée...), au bon moment, en tenant compte du trafic et jongler avec les suppléments, les itinéraires...

Au volant de son véhicule, le chauffeur de taxi organise ses journées comme il l’entend : ce métier procure un grand sentiment de liberté…

Le chauffeur de taxi transporte ses clients d’un endroit à un autre, jour comme nuit, il n’a pas vraiment de semaine, ni de jours fériés dans son métier. Tu peux être artisan en conduisant ta propre voiture, tu peux être chauffeur locataire en louant ton véhicule à des prestataires spécialisés ou encore conducteur salarié en travaillant pour le compte d’une entreprise de taxis.

 

Conditions de travail (lieu, horaires, déplacement...)

Un planning réglementé

L'artisan, bien qu'à son compte, ne peut pas rouler plus de 11 h par jour. Le locataire doit se limiter à 10 h par jour, tout comme le salarié. Mais si l'artisan et le locataire gèrent en toute autonomie leur planning, le salarié suit des horaires imposés.

Conduite et services

Le plaisir de la route et l'autonomie sont les mêmes pour tous. Au volant de son taxi, le chauffeur est seul maître à bord. L'aspect relationnel de son travail rompt sa solitude sans qu'il ne connaisse jamais la routine. Face au développement des transports en commun, le chauffeur de taxi veut fidéliser sa clientèle en lui offrant de services variés. Par exemple, conduire une personne à mobilité réduite à l'hôpital pour des séances de rééducation. Ou encore proposer un circuit touristique en taxi pour découvrir un site, une ville...

Gérer le stress

La profession est dure et fatigante. Les jours de travail comprennent les dimanches et jours fériés, parfois la nuit... Concurrence, stress, embouteillages et clients parfois exigeants constituent son lot quotidien. Et même en fin de journée, il écoute patiemment les passagers en mal de confidence.

 

 

Salaire :

de 1050 à 3200,

 

 

Accès au métier (études, formation, diplôme...)

Sans certificat de capacité professionnelle (CCP), pas d'autorisation d'exercer.

Niveau après la 3e

Conditions pour se présenter au CCP : être titulaire du permis B depuis au moins 2 ans ; posséder un niveau d'études égal ou supérieur au CAP ou au BEP. Obligation d'avoir un casier judiciaire vierge. Être reconnu apte par visite médicale et posséder un diplôme de secouriste : attestation de formation aux premiers secours (AFPS) au minimum.

  • Accès au CCP : il faut passer des épreuves organisées par les préfectures. L'examen peut se préparer seul, mais il est conseillé de faire une formation dans des centres de formation agréés privés pendant 10 semaines.

  • Programme des épreuves du CCP : l'examen comporte une partie nationale (français, réglementation de la profession, Code de la route, sécurité, notion de gestion...) et une partie à caractère local (topographie locale, connaissance géographique du secteur concerné...). S'ajoutent une épreuve de conduite (pour vérifier le sens de l'orientation sur le terrain d'activité) ; une étude de cas avec un itinéraire et le tarif à appliquer.

C'est le préfet qui fixe le nombre annuel de sessions et qui délivre le certificat.



 

Références des documents (au cdi, sur internet...)

ONISEP

LES METIERS.NET

 

Publié par Nourhane et Fiona 3e7 - dans Orientation
commenter cet article

commentaires